Méthode et stratégie de paris hippiques

Il faut être réaliste, chaque turfiste a des compétences intellectuelles qui lui sont propres. Il faudra donc admettre qu’on sera toujours moins bon qu’un autre pronostiqueur, mais on est aussi certainement meilleur que d’autres. Identifier les points faibles d’une méthode de pronostic pmu et les accepter c’est le premier pas vers la rentabilité et les gains régulier au turf.

Définissez votre méthode et suivez-la tant qu’elle est rentable

Evitez les livres de turf qui vous garantissent des méthodes 100% rentables.

Il existe de nombreuses façons de faire un pronostic pmu, tout comme il existe une multitude de façons de parier au turf. Avec l’expérience, un turfiste peut être en mesure de suivre plusieurs dizaines de méthodes de paris en fonction de la solidité de son pronostic et de différents paramètres relatifs à la course en elle-même. Jouer les tocards, jouer les hyper favoris, ne parier que sur le galop, ne parier que sur l’attelé à Vincennes, etc., autant de méthodes que vous pouvez définir en fonction de votre vision des courses et de votre expertise dans une discipline, sur un hippodrome, etc.

Créer une méthode de jeu des pronostics

Créer une méthode c’est identifier les conditions de courses dans lesquelles vos pronostics pmu ont un bon taux de réussite. Pour cela, il faut étudier les résultats des pronostics sur une durée suffisante pour que statistiquement les conclusions soient exploitables. Tirer des conclusions sur une dizaine de pronostics dans des conditions de courses différentes est une erreur, il faut au minimum une centaine de pronostics dans chaque configuration de course pour pouvoir commencer à exploiter les résultats. Sur la base de ces résultats, il faut regrouper les courses suivant différentes conditions et voir dans lesquelles le pronostic est rentable. A partir de là, on peut éventuellement entamer une phase d’optimisation du pronostic, mais on est déjà dans une configuration gagnante, alors attention à ne pas tout modifier dans votre façon de créer le pronostic, sous peine de perdre votre rentabilité. Dès lors que ces conditions sont identifiées, il devient facile de cibler les courses qui vous sont favorables et sur lesquelles votre espérance de gain sera positive.

Durée de vie d’une méthode

Mettre au point une méthode pour jouer ses pronostics prend énormément de temps. Pour construire une base de pronostics sur laquelle travailler, vous pouvez jouer en réel tous les jours, mais nous vous conseillons de privilégier les paris virtuels afin d’éviter d’épuiser votre bankroll avant d’avoir eu le temps d’identifier une façon de jouer rentablement vos pronostics. Dans tous les cas, une fois la méthode en place, vous devez constamment suivre son rendement, car celui-ci peut diminuer avec le temps et par conséquent, il faudra l’abandonner dès que sa rentabilité passera en dessous du seuil de votre exigence. Un exemple typique est celui des méthodes saisonnières, qui sont calées sur les saisons et les conditions climatiques. Il est évident qu’une méthode construite pour être rentable au printemps ne pourra pas l’ête en hiver... Dans ce cas, il suffit de mettre simplement la méthode en sommeil jusqu’à la prochaine saison. Savoir quand ne pas parier, c’est parfois, souvent, faire preuve d’une sagesse qui manque cruellement à de nombreux parieurs.

A lire aussi :
La gestion financière pour gérer les gains... et les pertes !
Est-il possible de vivre de ses gains aux courses ?
Les paris hippiques sont-ils rentables ?
Cote et rapport : comprendre comment sont liées ces deux notions.