Parier sur les hyper-favoris, est-ce encore rentable ?

Retour au blog

Par L'équipe Boturfers, le 31/03/2021
Mots-clés de l'article : stratégie PMU favori

Comme certains d'entre-vous l'ont remarqué, le PMU a décidé de diminuer le rapport minimal du pari simple. Jusqu'au 30/03/2021 il était encore possible de se faire payer 1.10 € pour 1€ misé sur un cheval en pari simple gagnant et simple placé, mais à partir d'aujourd'hui (31/03/2021) le PMU pourra descendre la rapport à 1.05 €, un coup dur pour les gros parieurs, ceux qui utilisent les techniques de “matelassier”.

C'est quoi un “matelassier” dans l'univers du turf ?

Un “matelassier” au turf, c'est un très gros parieurs qui parient sur quelques courses par an, mais en engageant des sommes énormes sur chaque pari. L'idée derrière cette stratégie turf, c'est de viser un point faible dans le règlement du PMU : le rapport minimal. En effet, pour rester attractif, le PMU est obligé de garantir un rapport minimum au risque de faire fuir une partie des parieurs. Or, dans le cas des hyper-favoris, le risque est tellement minime que le gain et quasiment assuré. Mais pour gagner beaucoup sur ce type de pari, il faut parier très très gros.
Les gros parieurs engagent parfois plusieurs dizaines de milliers d'euros sur 1 cheval en contournant les limites maximales (en faisant plusieurs tickets). En pariant 30 000 € sur un cheval qui rapporte 1.10 € on empochent quand même 3 000 € ;-)
Sur une année complète, les matelassiers peuvent parier près d'1 millions d'euros, autant dire que ces gros parieurs sont plutôt rares et surtout très discrets.

Pourquoi le PMU a pris cette décision ?

Le PMU prend un commission sur la masse globale des enjeux, il n'est donc jamais perdant, comme la banque au casino. Pour autant il a tout intérêt à s'assurer que tous les joueurs y trouvent leur compte, et forcé de constater que lorsque les matelassiers entrent dans une course la plupart du temps ce sont les seuls à en tirer partie au détriment de tous les autres parieurs. Bien entendu dans de très rares cas, le cheval fait mentir les matelassier et offrent des rapports gigantesques aux autres parieurs ayant misé sur des placés mais ces cas sont trop rares. Alors vaut-il miieux décevoir 1 gros parieur ou des milliers de petits ? Le PMU a fait son choix, en misant sur le fait que les matelassiers coninueront de parier même si le rendement est divisé par 2.

Les autres bookmakers vont-ils suivre le PMU, rien n'est moins sûr, aucune annonce n'ayant été faite pour le moment.

C'est quoi un hyper-favori ?

C'est déjà pas un favori comme les autres ! Inutile de voir dans chaque favori à la cote un hyper-favori, si c'était aussi simple que cela tout le monde serait matelassier ;-)
D'ailleurs nous avons déjà rédigé un article sur la rentabilité des favoris que nous vous encourageons à lire si ce n'est pas déjà la cas. Sans spoiler la conclusion de ce précédent article, parier systématiquement sur le favori n'est jamais rentable, quelque soit la discipline. Il faut donc savoir choisir les favoris, c'est à dire identifier les hyper-favoris. Vous l'aurez donc compris, un hyper-favori est de fait un favoris à la cote mais ce n'est pas suffisant pour le caractériser, il faut disposer d’élément qui permettent d’être sûr à 99.99 % (on peut jamais être sûr à 100%) qu'il finira placé. Et c'est généralement pas dans l'analyse du partant en lui-même qu'on trouve ces éléments mais dans la configuration de la course et plus particulièrement dans ses autres concurrents du jour : un hyper-favori doit présenter des performances nettement supérieurs à ses concurrents, et il doit être dans sa meilleure forme. Il faut donc scruter jusqu'au dernier moment tous les paramètres de la course pour identifier un hyper-favori.

Le site du PMU, bien connu des turfistes
Le site du PMU, bien connu des turfistes

Est-ce encore rentable de parier gros sur les hyper-favoris ?

D'un point de vue purement financier, l'analyse est assez simple : un pari simple placé rapportait 10% au minimum jusqu'à présent. On tombe donc à 5% depuis la mise à jour des conditions générales du PMU. Certes on a perdu la moitié, mais 5% ça reste encore du très beau rendement lorsqu'on sait qu'un Livret A ne rapporte plus que 0.5%, c'est à dire 10 fois moins. La comparaison n'est évidemment équitable puisque dans le cas du Livret A le rendement et garanti et sans perte de capital, alors que dans le cas du pari simple, vous pouvez tout perdre... Cela va-t-il changer le comportement des gros parieurs ? Vraisemblablement pas : 5% ça reste toujours bon à prendre quand on parie sur des coups sûrs. D'ailleurs comment se gère une bankroll avec ce genre de méthode suivie par les gros parieurs ?

«20 paris gagnant d'affiler ».

C'est bien simple, pour éviter de tout perdre et rester en jeu en pariant sur des favoris payés 1.05 €, il faut enchaîner 20 paris gagnants d'affiler à masse égale : chaque pari vous rapportant 5%, en 20 paris vous avez remporté 20 x 5% = 100% de votre mise, vous avez donc doublé votre capital (avant le 31/03/2021 il suffisait d'aligner 10 paris gagnants pour doubler son capital). Mais remporter une suite de 20 paris gagnant ça reste quand même très exceptionnel, voilà pourquoi n'est pas matelassier qui veut. Chacun d'entre-vous peut s'amuser à faire le test en tentant de remporter 20 paris simple placé d'affiler, c'est loin d'être facile. Le maître mot dans ce genre de stratégie turf, c'est la sélectivité : il faut cibler seulement quelques courses par an en visant des hyper-favoris.

Alors à vos jeux, mais gardez la tête froide, et ne pariez que de l'argent que vous pouvez perdre ;-)