Les pronostics gratuits de la presse pmu

La presse écrite a suivi la démocratisation des courses hippiques et l’engouement des français pour les paris hippiques avec la création en 1946 du premier quotidien français dédié aux courses hippiques, Paris-Turf. Pendant ses premières décennies, ce quotidien grandira fortement et connaîtra des années de gloire, avec des pointes jusqu'à 280 000 exemplaires par jour.

A l'époque de l'âge d'or de la presse papier, pendant les années 1970 à 1995, la presse hippique n'était donc pas en reste. Avec de nombreuses publications, hebdomadaires ou quotidiennes, comme Paris Courses, Tiercé Magazine et Bilto, des centaines de milliers de lecteurs suivaient les informations sur leur chevaux préférés, ainsi que les résultats des courses. Même si beaucoup de ces quotidiens ont disparu certains existent toujours et proposent tout ou partie de leurs informations hippiques gratuitement.

Pronostiqueurs de renom pour des pronos pas toujours très rentables

Léon Zitrone, en plus d eses prestation dans la presse pmu, a publié quelques ouvrages sur les courses.

A cette époque, l’information sur les courses hippiques n’était pas aussi facilement accessible par tous les turfistes, c’était encore l’époque des tuyaux turf rentables. Certaines personnalités bénéficiant d’un bon réseau de connaissance dans l’univers des courses hippiques ont ainsi pu se faire une réputation de bon pronostiqueur et ont rapidement intégré les équipes rédactionnelles des grands journaux hippiques. Léon Zitrone a longtemps officié pour Tiercé Magazine et l'acteur Omar Sharif a fait de la publicité pour le magazine pendant quelques années. Bilto, pour prendre un autre exemple, créé en 1984, a été soutenu par Guy Lux lors de ses années de gloire. Citons aussi le magazine Week-End, qui est un quotidien, proposé à la vente en kiosque et qui dispose d'un lectorat important. Paris Courses et Matins Courses sont deux autres publications quotidiennes, qui permettent aux joueurs d'établir facilement et avec de nombreuses informations et astuces leurs pronostics pour les courses à venir.
Malgré leurs popularité, ces personnalités n’avaient bien souvent aucune réelle compétence dans les pronostics hippiques (tout du moins à leurs débuts), ce qui se traduisait par des bilans peu reluisant en terme de rentabilité.

Concentration et migration de la presse hippique vers internet

Le marché de la presse hippique finalise depuis une dizaine d'années, en France, son processus de concentration capitalistique, avec comme exemple représentatif le rachat en 2005 par le Groupe Turf Éditions de nombreux titres. Ce regroupement de journaux et de magazines fait de Turf Éditions le premier groupe de presse hippique en France.
Il compte plus de 200 salariés et a la confiance de plus de 260 000 lecteurs chaque jour.

A l'image de la presse écrite dans son ensemble, la presse hippique est également très affectée par l’avènement d'Internet, qui détourne une grande partie de son lectorat du kiosque vers les sources d'information souvent gratuites proposées sur le Web. Cela signifie concrètement que les groupes de presse hippique sont engagés dans une révolution économique, qui consiste à maintenir leur publication papier suffisamment rentable tout en préparant le passage au numérique et à la diffusion exclusivement sur Internet pour les années à venir.

Où trouver les pronos de la presse ?

Les pronostics sont accessibles directement sur les sites des éditeurs (www.tierce-magazine.com, www.leveinard.com, www.paris-turf.com, etc.). Dans le cas du quinté, de nombreux sites compilent chaque jours les pronostics de la presse pour en faire une synthèse. Notons par exemple pronostic-turf.info qui publie tous les jours plus d’une cinquantaine de pronostics de la presse gratuitement. Malheureusement ces pronostics ne concernent que la course du quinté. Boturfers fourni aussi une liste de pronostics de la presse pmu pour la course de quinté.

Les pronostics de la presse sont-ils rentables ?

Sans faire un véritable bilan complet, il serait malhonnête de donner une réponse, toutefois on peut facilement s’appuyer sur le raisonnement suivant : plus la source du pronostic gratuit est connue par un grand nombre de turfistes, plus la probabilité que le pronostic de la presse soit joué tel quel augmente, et donc moins le rapport sera élevé. Il en résulte que bien souvent les pronostics gratuits de la presse pmu sont peu voire pas rentables du tout. Mais il existe tout de même un intérêt à les consulter car en faisant votre propre analyse, vous disposez alors d’une source de comparaison qui vous permettra de tirer deux types de conclusion :

  • soit votre analyse va dans le sens de celle de la presse pmu, dans ce cas vous êtes peut-être sur la bonne voie mais les gains seront faibles,
  • soit votre analyse vous a permis d’isoler des chevaux que la presse pmu n’a pas retenu, dans ce cas refaite une lecture de vos chevaux et si vous êtes sûr de vous, alors vous pourrez probablement décrocher des rapports intéressants avec votre pronostic.

Comment utiliser les pronostics de la presse hippique ?

Beaucoup de turfistes tentent désespérément de combiner différents pronostics de la presse pour essayer de trouver une méthode rentable de les jouer. Synthèse des plus cités, par rang, tout rang confondus, etc. Le nombre de combinaisons et de méthodes possibles, l’imagination des parieurs est sans limites, mais sans base de données complète sur ces pronostics, il est particulièrement compliqué de pouvoir tester ces méthodes, sauf à les essayer virtuellement sur plusieurs mois afin d’en valider la rentabilité. Autant dire que c’est un travail de titan, et qu’il serait donc plus profitable pour les turfistes d’apprendre à faire eux-mêmes leurs propres pronostics en s’appuyant sur les informations gratuites disponibles dans la presse pmu.

A consulter également sur ce thème :
Comment savoir si un prono gratuit est rentable ?
Equidia, une source gratuite d'information sur les courses