Faut-il faire confiance aux pronostics pmu gratuits ?

Il s’agit d’une question primordiale que beaucoup de turfistes se posent : pourquoi payer pour des pronostics alors que des centaines de sites en proposent gratuitement ? Quel type de pronostic privilégier ? Il n’est pas possible de faire de réponse universelle car chaque turfiste est différent et trouvera son intérêt dans l’une où l’autre des 2 catégories. Toutefois, il convient de s’assurer d’un certain nombre de points lorsqu’on décide d’accorder sa confiance à une source de prono gratuits.

Les pronostics gratuits rentables sont très rares

La poule aux oeufs d’or ne reste jamais vivante bien longtemps : dans les paris hippiques, c’est sa popularité qui va la tuer. De façon plus prosaïque : si un pronostiqueur donne gratuitement de bons pronostics pmu, cela va progressivement se savoir, de plus en plus de turfistes vont jouer les pronostics et mécaniquement la rentabilité des pronostics va s’éroder jusqu’à devenir négative. Celà ne signife pas pour autant que le pronostiqueur soit devenu moins bon : son taux de réussite sera toujours aussi élevé, mais les rapports se seront écroulés parce que de plus en plus de parieurs lui auront fait confiance. Voilà pourquoi les pronostics gratuits rentables sont rares et pourquoi ceux qui le sont aujourd’hui sont inexorablement voués à disparaître demain. Or c’est avant tout la rentabilité qui est recherchée par la majorité des turfistes. En ce sens, le paiement pour l’accès aux pronostics crée donc une barrière qui limite naturellement l’érosion de la rentabilité des pronostics payants. Il existe plusieurs catégories de sources d’informations gratuites dans le domaine du turf, toutes n’ont pas le même public ni les mêmes spécificités.

Les sources d’informations hippiques gratuites

On distingue principalement 3 sources de pronostics gratuits qui peuvent éventuellement se recouper :

  • les pronostics issus de la presse spécialisée,
  • les pronostics trouvés sur internet,
  • les pronostics en provenance de la télévision et de la radio.

En fonction de son expérience propre des courses hippiques et de son accès à chacune de ces sources d’information, chaque turfiste s’appuie sur l’une ou l’autre, le mieux étant tout de même de croiser les informations, surtout dans le domaine du gratuit.

La presse pmu

La presse pmu est une source d'information abondante avec plusieurs dizaines de quotidiens disponibles en France.

Historiquement, les journaux spécialisés ont été la première source d’information disponible pour les turfistes mais ils étaient payants. On trouvait aussi des informations sur quelques courses dans les quotidiens généralistes, mais là encore ces journaux étaient payants. Avec la généralisation des accès internet et la dématérialisation, beaucoup de journaux turfiques sont devenus gratuits dans leur version numérique. Les versions papiers et électroniques cohabitent encore d’aujourd’hui dans de nombreux cas mais elles s’adressent à des publics différents. Les turfistes plus âgés qui ont connu ces sources d’informations dans leur version papier continuent encore aujourd’hui à les plébisciter alors que la jeune génération de turfistes leur préfère les versions électroniques. Étant donné les qualités rédactionnelles et le vrai travail de journalisme hippique qu’il est nécessaire d’effectuer pour publier ces quotidiens, l’information est généralement de qualité. La contre-partie, c’est que les pronostics gratuits qui y sont communiqués sont très largement joués, avec les conséquences qu’on peut prévoir sur la rentabilité. A noter qu’il convient de distinguer les pronos issus de la presse spécialisée (Paris-Turf, Bilto, Tiercé-magazine, etc.) et ceux de la presse généraliste (Le Parisien, Midi-libre, Le Dauphiné, etc.) qui sont bien souvent moins performants. Au delà des pronostics, la presse pmu spécialisée devrait être considérée comme une source d’information par le turfiste pour construire son propre pronostic (ou le consolider) que comme une source infaillible de pronostics rentables prêts à être joués sans réfléchir. A noter aussi que la presse généraliste ne communique généralement de l’information et des pronostics que sur la course de quinté du jour ce qui peut-être problématique pour les gros parieurs qui ne se contentent pas d‘une seule course par jour, d’autant plus que le quinté est la course la plus difficile à analyser et pas forcément la plus rentable.

Les blogs / sites gratuits de pronostics

C’est de loin depuis quelques années la source de pronostics gratuits la plus prolifique. En effet tous les jours apparaissent sur internet de nouveaux sites proposant des pronostics gratuits. Parallèlement, beaucoup de ces sites ferment en quelques semaines, car les webmasters passionnés de turf qui en sont à l’origine prennent conscience du temps que cela demande de maintenir à jour un site de pronostics hippiques et finissent par jeter l’éponge bien souvent à cause du manque de reconnaissance des visiteurs. Il existe plusieurs catégories de sites proposant des pronostics gratuits :

  • le blog de turf : c’est un blog créé sur une plateforme de blog gratuite (e-monsite, onlc, blog4ever, blogspot, skyblog, etc.). Ces blogs sont souvent pénibles à consulter en raison des pop-up intrusifs qui envahissent les écrans dès l’affichage de la moindre page. Même s’il peut y avoir des exceptions, ce n’est pas sur ces plateformes que l’on trouve les meilleurs pronostics gratuits.
  • les sites de bookmakers : les bookmakers ne sont pas intéressés aux résultats des courses, mais ils prélèvent une part des enjeux, ils ont donc tout intérêt à vous faire parier, quel que soit le cheval. A ce titre et pour aider les turfistes débutants, ils proposent gratuitement des pronostics. Si ces pronos sont rassurants pour les débutants, les parieurs avertis n’y prêtent guère attention car savent qu’ils sont regardés par des milliers d’autres joueurs à la recherche de pronostics faciles
  • les sites payants : certains sites payants proposent une partie de leurs pronostics gratuitement, soit pour donner un avant-goût de leur savoir faire, soit pour générer du trafic sur leur site (trafic qui est ensuite monétisé via des régies publicitaires par exemple). C’est une alternative intéressante, notamment si vous envisagez de passer sur du payant
  • les sites web de turf : cette catégorie est probablement la plus sérieuse car l’investissement en temps et en argent dénote une volonté de la part du webmaster de construire une site pour le long terme, comparativement aux éphémères blogs gratuits. /li>
  • les réseaux sociaux : c’est le nouveau far-west des pronostiqueurs de tous horizons. On trouve tout et n’importe quoi, un véritable no-man’s land où se cotoient de sérieux pronostiqueurs reconnus et de vrais débutants, plus habiles à animer une communauté de parieurs qu’à donner de vrais pronostics rentables.
  • les forums : ce sont les ancêtres des communautés de turfistes que l’on trouve aujourd’hui sur les réseaux sociaux. On y trouvera souvent des turfistes experts qui n’ont pas franchi le cap des réseaux sociaux. En s’intégrant patiemment au forum, on peut parfois trouver des pronostiqueurs particulièrement rentables, mais c’est un travail long et fastidieux qui demande une présence régulière sur le forum.

La télévision et la radio

La chaîne Equidia est gratuite sur l'ADSL et propose des programmes à longueur de journées sur les courses hippiques.

Contrairement aux sources d’information précédentes, les chaînes de télévisions spécialisées (Equidia mais aussi d’autres chaînes sportives généralistes diffusent des émissions consacrées aux courses hippiques) et quelques radios diffusent de l’information qu’il faut écouter en direct. L’utilisation des replay peut être utile pour étudier la course a posteriori et prendre des notes sur les partants pour de futurs pronostics, mais pour les courses du jour, il faut être disponible lors de la diffusion ce qui peut-être problématique à moins d’avoir un emploi du temps très flexible. Alors comment exploiter correctement les informations diffusées pour améliorer le pronostic pmu de la course ? Au même titre que la presse pmu, les chaînes spécialisées devraient être avant tout une source d’information pour le turfiste plutôt qu’une source de pronostics prêts à jouer. L’information en temps réel est un véritable avantage dans le domaine des paris sportifs, et dans le cas du turf, avoir la possibilité d’étudier le comportement des chevaux sur le rond de présentation avant la course sans avoir à se déplacer sur tous les hippodromes (ce qui n’est d'ailleurs physiquement pas possible) constitue un très gros avantage par rapport à la majorité des turfistes qui ne jouent que des chiffres, sans forcément tenir compte de l’allure du cheval juste avant le départ course.

Les pronostics pmu gratuits sont-ils rentables ?

C’est une question à laquelle il est très difficile de répondre car bien souvent les pronostics pmu gratuits ne font pas l’objet d’un bilan exhaustif. Il n’y a pas de suivi sérieux. Le seul moyen de s’assurer de la rentabilité d’un pronostic gratuit, c’est de le suivre "à blanc", c’est à dire sans le jouer réellement, durant plusieurs semaines (au minimum 1 mois) et de faire soi-même le bilan. On peut alors prendre la décision en toute connaissance de cause, sur la base d’un bilan irréfutable, de suivre ou non les pronostics en enjeux réels. Dans tous les cas, étudiez avec attention chaque source de prono avant d’accorder votre confiance, il y a par exemple des signes qui ne trompent pas sur la qualité d’un site de pronostic pmu gratuit.

Les pronostics sont-ils vraiment gratuits ?

Bien souvent, les utilisateurs d’un site pensent à tort que parce qu’ils ne sortent pas leur carte bancaire, alors leur utilisation du site ne leur coûte rien. C’est partiellement vrai. En effet, sur le web il existe d’autres moyens de faire payer un service que par l’utilisation d’un système de paiement en ligne. Il est par exemple possible d’accéder à un service en échange d’un tweet, d’un like, ou d’un certain nombre d’informations personnelles. On peut indirectement payer en acceptant de visionner une publicité, ou en cliquant sur des liens de sponsorisation du site. Tous ces moyens de paiement ne coûtent pas d’argent mais seulement quelques clics. Il ne sont donc pas totalement gratuits mais le coût est quasiment indolore pour le visiteur, contrairement à la souscription d’un abonnement sur un site payant.

En contre-partie de ces quelques clics, le webmaster sera en mesure de son coté de monétiser son site auprès de différentes plate-formes : régie publicitaire (ad6media, Google Adsense, etc.), revente des informations personnelles (email, etc.), affiliation auprès des bookmakers (ZeTurf, PMU.fr, LeTrot, etc.). Toutes ces alternatives au mode de paiement classique permettent ainsi au webmaster de se rémunérer, ou tout du moins de compenser les frais attenant à l’administration d’un site web. Il n’y a rien d’anormal en soit, il faut juste en être conscient : tout travail mérite salaire, et faire des pronostics, fussent-ils gratuits, est un réel travail.

Sur le même sujet :
Quels avantages à payer pour des pronostics ?