Courses/Réunions PMU, PMH, PHH ou Premium ? Ce que ça change (vraiment)

Retour au blog

Par L'équipe Boturfers, le 07/11/2016
Mots-clés de l'article : PMU PMH premium PHH

Avant la libéralisation des paris hippiques et la création de l'ARJEL en 2010/2011, les parieurs ne se posaient pas trop de questions sur le type de courses : on parlait de "courses PMU", ou de "courses PMH", suivant qu'on pouvait, ou pas, parier en ligne sur le site du PMU. Aujourd'hui de nouveaux bookmakers ont bouleversé le marché et ces acronymes de courses ont évolué avec leur temps,

Les termes désuets : PMU et PHH

  • Réunion PMU ou Course PMU
  • Aujourd'hui le terme "courses PMU" n'existe plus. Ou du moins, il doit être proscrit car faisant explicitement référence à l'opérateur historique, le PMU. Le nouveau terme consacré est "Courses Premium".

  • Réunion PHH ou Course PHH
  • Paris Hors Hippodromes : ce terme était utilisé pour dire que l'épreuve était support d'enjeux nationaux. Course PMU ou PHH signifiait donc la même chose.

Les nouveaux termes : Premium et PMH

  • Réunion Premium ou Course Premium
  • C'est le digne remplaçant de feu "Réunion PMU" et "Course PMU". 90 % des courses hippiques sont des courses Premium, ce qui signifie que vous pouvez parier dessus en ligne, à distance, sans avoir besoin d'être sur place à l'hippodrome.

  • Réunion PMH ou Course PMH
  • Pari Mutuel Hippodrome : certains petits hippodromes de province n'accueillent que quelques courses par an, pour le spectacle et l'animation. Les paris se prennent sur place, aux guichets. Les enjeux sur une course sont parfois de quelques centaines d'Euros... Ce qui signifie que si vous voulez jouer 150 EUR gagnant un cheval, vous allez faire bouger les cotes de façon significative ! Alors qu'avec la même somme misée sur un cheval courant le quinté, aucun impact.

Au final, rien ne change vraiment. La terminologie a évolué mais pas les règles du jeu : il existe des courses réservées aux parieurs se trouvant physiquement sur les hippodromes. Ce sont des petites courses de province, le niveau n'est pas très élevé, l'allocation non plus, mais le plaisir du spectacle et les frissons du finish à l'arrivée sont toujours là.